Google

Prendre du poids; un fait social?
On ne peut s'empêcher de remarquer que nous croisons dans nos déplacements en ville, de plus en plus de personnes de tous âges qui manifestement sont en excès de poids. Quand l'observation porte sur les jeunes et les adolescents, ce trait est encore plus marqué. C'est que l'obésité suit la courbe du développement économique là où les activités du travail demandent moins de dépense énergétique alors que la richesse en calories des aliments absorbés augmente. Jamais la quête du bon régime alimentaire n'a été si grande. On en attend beaucoup, et les résultats sont souvent décevants.
En tout cas, la sagesse recommande de ne pas se lancer dans un régime alimentaire sans consulter son médecin traitant. Il pourra seul déterminer l'origine de votre prise de poids qui peut relever d'une hérédité, de la prise d'un médicament, d'une maladie ou plus souvent d'une mauvaise hygiène alimentaire.
Une mauvaise disposition de votre état psychologique peut aussi vous amener à négliger votre alimentation ou à trop manger pour faire diversion à un stress passager.
C'est pour cela qu'en dehors de la consultation médicale, on ne peut jouer que sur l'hygiène alimentaire qui permet à tout un chacun un contrôle de son poids. Avant de songer à maigrir, on peut déjà prendre soin de ne pas grossir.
Les aliments sont la source d'énergie qui entretient notre vie et maintient les organes en fonction. On ne peut s'en passer. Mais si nous avons besoin de 1600 calories pour répondre à notre activité dans la journée, nous ne devons pas en absorber 3000 soit par gourmandise, soit par négligence à regarder les étiquettes marquées sur une boîte, ou la composition de ce qu'il y a dans notre assiette. Aucun régime, aucun exercice physique ajouté à notre activité normale de relation et de travail ne pourra compenser la prise de poids qui  le plus souvent en résultera mathématiquement.
La simple intuition nous avertit déjà de ce qui peut nous faire prendre du poids. La femme qui se voit grossir parce qu'elle mange un peu trop se ment à elle-même en se cachant ses grosses et petites gourmandises. Par un fait malicieux de la nature, ces petites fantaisies sont toujours porteuses de calories superflues. Vous savez bien que la barre de chocolat, ce  gâteaux à la crème, cette bonne tartine beurrée d'un copieux déjeuner du matin vous surchargent de calories dont vous n'avez pas besoin. Vous devez intégrer ces calorie dans votre bilan énergétique en évaluant votre ration.
La première démarche est donc de cesser de se mentir et d'écouter la voix de la conscience alimentaire qui tente de vous retenir à attaquer une nouvelle sucrerie ou à vous resservir d'un plat que vous appréciez particulièrement. Vous l'avez bien compris, nous ne pouvons conseiller que celles qui sont en bonne santé et qui n'ont pas véritablement entrepris une surveillance sur elles-mêmes pour une bonne gestion de leur  alimentation.