Votre Mail Gratuit
 L'adresse complète de ce site est:  http://rencontreweb.com/raizet
                                       
 Dans ce premier article, un de nos concitoyens, qui signe Klomanu  a bien voulu inaugurer cette rubrique de la vie de la cité qu'il tiendra régulièrement, on l'espère... et avec moins de pessimisme.
Raizet "Cité Jardin"?
Il y a quelques années de cela, la cité Jardin du Raizet était considérée comme une cité dortoir. Mais avec le temps et l'évolution normale de toutes choses, cette section de la commune des Abymes est devenue un lieu à part entière. Un endroit qui s'est transformé par l'arrivée de personnages célèbres, d'habitants joyeux qui s'investissaient dans un apport de petites choses qui nous ont permis, à nous, enfants de ce site de grandir dans la joie et l'honnêteté, de prospérer avant de devoir partir vivre nos vies?
Un lieu où il fait bon vivre et où l'on pourrait être fier de résider.
Par un incroyable sort du destin, cette douceur de vivre s'en est allée petit à petit pour ne laisser place qu'à une triste incurie. Tout se fait, comme on dit chez nous, en "en pagaille", ou si vous préférez, en toute anarchie. Un visiteur passant dans notre cité serait-il intéressé par ce qu'il y verrait? Aurait-il encore aujourd'hui envie d'y résider? Permettez-moi d'en douter!
Notre cité, il faut bien l'admettre, a changé. Il y a eu un certain relâchement, peut-être dû à une confiance trop grande dans les institutions, à savoir:
- les lois et règlements
-la disparition de personnalité fortes,
-Le non respect de son voisin
-L'influence pernicieuse des nantis...
Nous tous avons changé, mais est-ce pour cela que nous devons oublier notre passé commun ? Au jour d’aujourd’hui, nous devons reconnaître notre échec. Echec dû, je pense, au laisser aller. On aura le temps de voir, de faire, laissons le temps au temps… Petite phrase favorite de certains, quand on n’ose pas prendre les faits à bras le corps pour une résolution rapide et convenable. Ce laisser aller nous a conduit à tout un tas de problèmes divers, nous sommes en ces jours contraints de créer des associations pour nous faire entendre, alors que c’est le droit de tout un chacun de s’exprimer et d’exister, sans avoir besoin de faire valoir ses droits à tout moment. Prenons un exemple réel :

    A l’angle de la rue Jean JAURES et de la rue du Général de Gaulle, jusqu’au niveau de la rue des hibiscus à la Cité Jardin du Raizet. Il y a quelques années existait là un grand parking sur lequel tous les habitants du quartier et bien d’autres encore ; venaient se détendre et célébrer les fêtes commémoratives ainsi que la fête du Raizet (aujourd’hui disparue) ; ainsi qu’un plus petit accolé à l’immeuble de la SIG, là les riverains recevant des amis, des parents, des
connaissances stationnaient leurs voitures. Eh bien, figurez vous, que ceux que je surnomme « les nantis », ont bâtis illégalement des constructions sauvages d’un goût plus que douteux, occupant entièrement le petit parking et plus des trois quarts du grand. En ces jours, que j’appellerais « jours sombres », ces lieux de vie sont devenus des lieux d’extinctions. Car, « les nantis » ne se sont pas contentés d’occuper la place, mais occupent en plus le stationnement devant les entrées des maisons adjacentes, leurs poubelles venant juste devant les barrières d’une des maisons, leurs véhicules automobiles pourrissants sur le peu de place restant sur le parking et sur les à cotés de la rue J. JAURES.

            La municipalité sachant cela, ne fait rien, malgré les nombreux courriers reçus (accusés de réception faisant foi), les « hauts gradés » de la Police municipale venant causer juste à côté ne peuvent rester sans rien voir car, la circulation est rendue dangereuse par le stationnement d’un minibus aux couleurs d’une vague école de boxe destinée à apprendre aux jeunes ce noble art. Mais comment faire respecter les règles de la boxe, quand soi-même on ne respecte pas les règles de la bonne conduite et du bon voisinage ? Comment ne se rendent-ils pas compte que par manque de visibilité, à la sortie de la rue des Hibiscus, un accident grave peut avoir lieu à tout moment ? Quelle sera votre réaction, Monsieur le Sénateur Maire de la ville des Abymes, lorsque votre responsabilité sera engagée ? Comme elle l’est déjà par ces constructions illégales. Les « aides électoralistes » ; vous me comprenez ; ne vous seront pas d’un grand secours quand tout le monde cherchera à se justifier ! Jetez donc un petit coup d’œil sur ces photos, peut être n’étiez vous pas informé après tout…

                                       Klomanu