Société  Education                                                                                  accueilpointrouge.jpg (1647 octets)
 
  Les jeunes  en Europe: Premières victimes de tous les abandons.     imprimantepetit.jpg (649 octets)Imprimez cette page    wpeC.jpg (1164 octets)


 
Il est bien entendu injuste de mettre le tableau de toutes les déviances des jeunes dans un article sur la famille et l'éducation. Cela ne signifie pas qu'on ait à mettre sur le compte des familles tout ce qui ne va pas dans la jeunesse européenne. C'est qu'en réalité la société de plus en plus éclatée, indifférente, vit en dehors des structures traditionnelles dont le centre étaient la famille et l'école. Ces deux structures ne jouent plus leur rôle au moment où ce rôle devrait être renforcé.
Si on laisse parler les chiffres, la situation des jeunes européens n'est pas brillante.
En cette matière pourtant les chiffres parlent assez fort pour montrer que l'avenir de notre société telle qu'elle sera dans 10 ou 15 ans, c'est maintenant qu'il se joue .
Combien de jeunes européens entre 15 et 24 ans meurent chaque année dans la seule Union Européenne ? Réponse 30 500 .
Parmi ces victimes, il y a 7 500 filles.
A elle seule, la route va tuer cette année 10 000 jeunes hommes et 2 000 jeunes filles.
La médecine n'a jamais été aussi savante; on n'a jamais tant lutté efficacement contre les principales maladies du passé dont certaines ont disparu. On a de grandes vues sur les mécanismes des grandes maladies de notre temps;  on est assuré d'un progrès continu sur ce front-là. Pourtant des jeunes vont continuer à mourir, et leur nombre va continuer à décroître en Europe dans les années à venir. Ils seraient maintenant 48 600 000 en Europe .

canoepetit2.jpg (9717 octets)

 Quelles sont donc les maladies de la jeunesse Européenne? Selon la commission Européenne, on peut citer : l'usage du tabac, l'alcool qui a tué 50 000 jeunes européens en 1999, et ce qui est classé comme drogue. Les chiffres disent que dans une population de jeunes de 15 ans, vous en trouverez 50 à 80 % qui ont déjà fait usage occasionnel de drogue. 50% d'entre eux en font un usage habituel. Souvent, les filles sont plus nombreuses à fumer (sauf en Belgique, au Portugal et en Irlande . . . allez savoir pourquoi?).L'usage de l'alcool est de plus en plus précoce. Pour tout ce qui est classé comme drogue - on ne classe ni l'alcool ni le tabac parmi les drogues- Ils ont le choix entre marihuana, les colles synthétiques (oui), les amphétamines, l'extasies, le L.S.D., la cocaïne, l'héroïne selon le pays, l'approvisionnement ou leurs affinités.

Dans l'environnement naturel, face aux éléments, le jeune fait l'apprentissage de la force mesurée et du dépassement de soi.  Le cadre urbain provoque parfois le dévoiement de cette motivation pour l'action forte.

Les jeunes britanniques préfèrent la marihuana et en sont les premiers consommateurs comme pour les amphétamines. Un autre mal qui frappe les jeunes européens, c'est la grossesse des adolescentes. Le record européen en cette matière se trouve aussi au Royaume Unis avec un taux de 22,9 pour 1000  naissances   de mères entre 15 et 19 ans. Cela fait que pour 1000 mères, vous en trouverez plus de 74 qui ont entre 20 et 24 ans. Ces chiffres sont en rapport avec ceux des avortements même si sur ce point-là, on en est resté au taux de 1980. L'Espagne est le pays où le chiffre des avortements est le plus faible.
En ce qui concerne les maux de la jeunesse Européenne, la matière est abondante puisqu'on a aussi bien le sida dont les nouveaux cas sont en diminution ( 1 050 descendus à 460 par an ) que les suicides des 15/25 ans, en plus de ce qui a déjà été évoqué. A lui seul, le suicide fera l'objet d'un article séparé. On peut dire déjà qu'en Europe, la cause de la mort d'un jeune sur 10 est le fait d'un suicide.

Les chiffres cités dans cet article, sont ceux de la Commission Européenne.                       

                                                                                                                    retour